Mon dressing Adoré #2 : Style et tableau d’inspiration

Bien le bonjour ! Me revoilà dans ce deuxième épisode de Mon Dressing Adoré (je vous en parlais déjà ici), et cette fois ci il s’agit du tableau d’inspiration !

Il se trouve que j’ai un tableau intitulé « Style » depuis plusieurs années sur Pinterest. J’ai donc décidé de vous en montrer les parties les plus intéressantes et de voir ensemble si effectivement on retrouve des points communs avec mon dressing !

La première chose qui me frappe immédiatement, c’est bien la forme des jupes que j’ai épinglées ! Il s’agit presque exclusivement de jupes très évasées, ce que je n’ai absolument pas dans ma garde robe. Ca me donne envie d’expérimenter cette forme ! Pourquoi pas faire un tour en boutique pour essayer voir si cette forme me plait sur moi avant de m’en coudre.

Je remarque également que que j’épingle des silhouettes où la taille est bien marquée. Beaucoup de look associent également des éléments très délicats, comme le motif fleuri, avec des éléments plus brut, grosse maille ou cuir. Et cela se retrouve en effet dans ma garde robe !

Je trouve beaucoup d’exemple de vêtements doudou dans mon tableau. Le confort est indispensable pour moi. Et en effet, je ne me sens pas engoncée au quotidien, je porte toujours des tenues confortables avant tout. Et porter un gros gilet sur une petite robe, ça marche à tous les coups !

Autre point qu’on retrouve dans plusieurs captures : Les vestes et manteaux, de préférence roses et oversizes ! Effectivement je porte depuis plusieurs hivers un grand manteau rose. Plus ce petit exercice avance, plus je suis surprise de voir les ressemblances entre mon tableau et les pièces que j’ai effectivement cousues !

En fait, je crois que je me creuse la tête, mais ma mère avait très vite mis le mot juste sur mon style ! Elle me répetais souvent en me voyant sortir de ma chambre « c’est drôle, tu t’habilles comme une poupée ! ». Je pense qu’elle a raison. J’aime les pièces délicates, parfois un peu extravagantes, On y retrouve aussi les silhouettes avec jupes corolles, et les talons hauts qui allongent la jambe. N’allez pas croire que cela contredit mon paragraphe sur le confort ! J’ai naturellement un tendon d’achille court, ce qui fait que ma position de confort est marcher sur la pointe des pieds… Meme pied nus je me déplace comme ça !

Une chose me frappe dans ce tableau… vous avez remarqué vous aussi ? Cette quantité de chaussettes ! Là j’avoue ne pas avoir d’explication x)

En résumé, il y a quand même pas mal de point commun entre le style qui me plait et celui que j’aime porter. Je retiens de cherche des jupes corolles pour compléter ma garde robe, en tout cas à essayer. Je pense aussi avoir des efforts à faire sur les accessoires. Je pense de plus en plus à ceinturer, mais je vais revoir ce qui est bijoux et sac à main.

Allez, maintenant c’est à vous de jouer !

Mon dressing Adoré ♯1 : Analyser sa garde robe actuelle

Analyser

Bien le bonjour !

Vous présenter une garde robe et non pas des pièces individuelles, c’est le ton que j’avais choisi de donner à ce blog. Je ne voulais pas une version écrite du podcast (où je parle de mes projets « à chaud », et surtout en terme de processus), mais bien une sorte « d’après » : que deviennent les vêtements cousus ? Sont ils portables au quotidien ? Je vous en parlais déjà dans l’épisode 2 de mon streetcast De Fil en Aiguille.

Là où je me pose vaguement des questions, Nathalie de Atelier292 a des idées ! Avec Deborah de LittleGreenBee, elles proposent un petit cheminement à faire ensemble pour atteindre la garde robe jolie et fonctionnelle !

Voici la première étape : analyser sa garde robe actuelle !

  • Que représentent les vêtements pour toi?

Ca a été un long cheminement (dont je vous parlais dans l’épisode 6 de Fil en Aiguille) pour admettre que les vêtements ont de l’importance pour moi. Je pense sincèrement que la façon dont nous nous présentons aux autres à un impact, comme le fait de sourire. Le matin, quand je choisis mes vêtements et que je me maquille, je me sens comme un boxeur qui sautille dans le vestiaires : je me prépare à passer la meilleure journée possible.

  • Comment décrirais-tu ton style?

En premier clairement : confortable, cf le boxeur de tout à l’heure ! Ensuite, évidemment, je dirai original, du fait que tous mes vêtements sont fait main d’une part, mais aussi parce que j’ai toujours été attirée par ce qui sort de l’ordinaire (je me rappelle d’une jupe à bretelle au lycée, ou de collants rose fuchsia…)

  • A quel point es-tu satisfaite de ta garde-robe?

Mettons que je noterai ma satisfaction… à 13/20 peut mieux faire. Il y a encore quelques pièces qui me manquent (des gilets plus épais, un jean noir, etc…). Mais elle est viable au quotidien, donc elle mérite bien la moyenne quand même ! 

  • Qu’apprécies-tu dans ta garde-robe actuelle?

J’apprécie chaque pièce indépendamment, car elle est liée à un processus et chacune à sa propre histoire. En terme de « garde robe » c’est évidemment là que ça se complique ! 

Qu’elle soit faite main c’est une évidence, c’est une grande source de fierté. Ca permet aussi d’engager la discussion rapidement avec les gens. Je ne me cache pas non plus pour tricoter, alors quand j’arrive dans un nouveau milieu, je suis rapidement identifiée comme « la fille qui fait ses fringues ».

  • Penses-tu que tes vêtements représentent la personne que tu es?

La petite fille que j’étais va être outrée mais oui, je pense. Dire que non et ne pas faire attention à ça, c’est déjà un parti pris, une façon de dire aux autres « ca ne m’intéresse pas », donc oui et qu’on le veuille ou non ! 

  • Que penses-tu devoir changer dans ta garde-robe actuelle? Pourquoi?

Rajouter quelques basiques comme je le disais au dessus, j’ai l’impression que certaines météo me font tourner avec très peu de fringues. J’aimerai aussi avoir plus de pièces avec des couleurs que j’aime porter et pas seulement des couleurs que j’aime travailler. Cette petite nuance est le fléau de la couturière/tricoteuse ! 

  • Est-il facile pour toi de t’habiller le matin? Pourquoi?

Assez, je connais des combinaisons qui fonctionnent, mais j’ai l’impression de me répéter. Trouver un nouveau combo me met toujours d’excellente humeur !  

  • Pour quelles occasions as-tu besoin de t’habiller? (travail, sport, soirées, …)

Je ne m’habille pas très différemment entre le travail et l’extérieur. Déjà parce que je bosse en blouse, donc je fais un peu ce que je veux en dessous, et parce que j’assume complètement ma façon de m’habiller, je ne me sens pas l’impression de devoir me déguiser devant les collègues pour que ça soit plus élégant/moins moulant/plus neutre ou que sais je. Pour les soirées, je vais éventuellement changer de maquillage, et encore. 

  • As-tu des vêtements pour toutes ces occasions?

Du coup oui 😀

  • Combien de vêtements penses-tu avoir? Combien en as-tu réellement?

Je pense avoir une cinquantaine de fringues dans l’armoire, toute saison confondues. Pour avoir le total, il faut que je mette le nez dans le panier à linge, surtout le panier « à repasser » (que j’évite de regarder d’habitude !), et je mets ça à jour dès que possible ! 

  • Quel pourcentage de ta garde-robe utilises-tu?

Je pense qu’il y a 5 à 10 pièces que je ne mets quasiment jamais, soit 10 à 20% ! C’est trop. Je suis en train de virer quelques pièces dans un autre panier pour récupérer du tissu si c’est possible. Sinon, ça va partir au don ! 

  • Quelles sont tes couleurs et matières préférées? Sont-elles bien représentées dans ta garde-robe?

J’adore le rouge, j’en ai finalement assez peu (mais mes achats au Fil de la Manche vont bientôt régler ce problème !). Après avoir beaucoup aimé la viscose, j’apprend à apprécier le coton, surtout après avoir touché les chambray des Trouvailles d’Amandine. J’aime les matières épaisses un peu brutes : jean, cuir, gros lainage… Ca commence à venir ! 

Me voilà rendue au bout de ce questionnaire ! J’ai pris beaucoup de plaisir à y répondre, et j’espère que vous avez trouvé la lecture intéressante ! N’hésitez pas à cliquer sur les liens des blogs de Nathalie et Déborah pour en savoir plus. J’attends avec impatience quelle est la suite du programme qu’elles nous concoctent ! 

LookBook : 3 tenues 100% HomeMade pour le printemps

Bien le bonjour !

Aujourd’hui j’avais envie de laisser un jour de congé à Gisèle Rosita, le mannequin que vous voyez habituellement sur le blog, pour m’essayer à l’exercice !

Je vous présente donc aujourd’hui 3 tenues 100% faites main pour le printemps, avec un mélange de pièces récemment cousues et d’autres dans mon armoire depuis plus longtemps, certaines que vous avez déjà vues ici ou sur le podcast et d’autres inédites !

La première tenue est composée de

  • un Teddy Rosa de MakemyLemonade cousu avec un French Terry de chez See You at Six, un bord côte Alb Stoffe et la doublure est un lin racheté en destash.
  • Un Imogène Tee de Carrie Bostick Hoge, tricoté en Belle de Drops coloris noir (et pour plus d’infos j’avais écrit un article contenant cette pièce !)
  • Une Jupe Vega de Slow Sunday Paris cousu avec un jersey suédine de chez the Sweet Mercerie, doublé avec le même lin que le Teddy et petits boutons en bois.

C’est le genre de tenue que je porte facilement le week end pour sortir en journée. Confortable, avec le teddy pour passer par les coins ombragés. Je préfère largement porter le Imogen rentré dans la jupe, la taille est bien marquée.

 

Pour la deuxième tenue, je porte :

  • Un body Nuoma de Nuantine Lingerie cousu grâce au kit de la marque.
  • Un Hana Jumper de Irene Lin tricoté en Katia Concept cotton Merino
  • Un Ginger Jean de Closet Case cousu dans un jean élastané BennyTex et customisé avec broderie sur poche arrière et perles sur les poches devant.

Voilà une tenue que je porte facilement tous les jours. Il me permet de mettre en valeur mon nouveau body sans en faire trop (à mon goût en tout cas !). J’ai d’ailleurs bien hâte de vous parler de ma première expérience lingerie ! Je me lance maintenant à insérer des éléments plus « mode » à mes projets, comme les perles sur le jean. Je dois dire que ça me plait beaucoup ! En ce qui concerne le Hana Jumper, j’ai obtenu une encolure très large, qui me permet de jouer avec ce que je porte dessous. Ca peut etre le body Nuoma, ou des hauts à empiècement en dentelle par exemple !

 

Pour la dernière tenue, j’ai associé :

  • Un top Narcisse de Anna Rose Pattern cousu dans une viscose Rifle Paper & co x Cotton & Steel, avec un passepoil rose gold
  • Un gilet Cannelle de Christelle Beynetout, cousu dans un jersey texturé (marque inconnue)
  • Une jupe Brume de Deer and Doe dans le même jersey.

Cette tenue est un peu plus habillée à mon sens, et le fait d’avoir la jupe dans le même tissu que le gilet lui donne un petit côté tailleur. Le top Narcisse se marie bien je trouve avec un bas taille haute (le mien remonte un peu, mais ça ne me semble pas être le cas chez les autres !). Ceci dit j’aime beaucoup le faire blouser en le rentrant dans la jupe (je vous montre comment je fais dans la vidéo).

 

Et vous, des inspirations pour le printemps ? Quelle est votre tenue préférée ?

Tenue de Noël

Bien le bonjour !

Aujourd’hui, j’avais envie de vous présenter une tenue complète faite main, avec des éléments qui n’ont pas été conçus pour être ensemble mais qui se sont combinés une fois dans l’armoire !

IMG_2998

 

1- Le Lolly Stick

La première pièce de cette tenue est le pull Lolly Stick, un modèle de JulieKnitsinParis. J’avais ce modèle dans le viseur au premier coup d’oeil ! Sa coupe cintrée à la taille m’a énormément plu !

J’ai choisi une laine de Lain’amourée en coloris Baisers volés, j’en avais acheté 3 écheveaux sans savoir ce que je voulais en faire lors d’un salon. Justement, ce modèle demande 3 écheveaux de la couleur du haut et 2 de la couleur du bas. Je les ai associés à ces écheveaux naturels.

IMG_3001

J’ai vraiment adoré le processus pour ce projet. J’avais des doutes quant à l’association patron/laine car je craignais que les lolly sticks ne ressortent pas, mais la Lain’amourée s’est progressivement foncée, comme si c’était volontaire et le résultat est ca-non !

 

Le modèle est très bien expliqué et regorge de détails et de belles finitions. Le col et les bords du bas et des manches sont travaillés en ourlets. Le raglan est fait avec de jolis petits oeillets délicats (et pratique, c’est plus facile à compter quand on tricote ! )

IMG_2999

 

2- La Jupe Vega

IMG_3003

Le deuxième projet est une Jupe Vega de Slow Sunday Paris, un modèle que j’avais déjà cousu une première fois. J’aime ce patron simple et bien coupé, efficace donc ! J’ai apporté pas mal de modifications :

  • J’ai supprimé les poches (et donc redessiné la pièce devant)
  • J’ai mis le zip sur le côté
  • Mon zip est visible et ne mesure que 15cm
  • J’ai coupé la pièce dos d’un seul tenant (puisque je n’avais plus de zip à y caler)
  • J’ai réalisé une ceinture plutôt qu’un enferme (mais ça c’est une erreur xD)

 

IMG_3005

J’ai utilisé des matières premières que j’affectionne tout particulièrement : un sublime velours de chez Fil’Etik vraiment canonissime (bien plus en vrai que sur les photos !). La couleur est parfaite, il est doux, lumineux sans être brillant, bref c’est l’amour fou. J’ai choisi des boutons assortis trouvé chez Atelier Brunette (avouez qu’ils étaient fait pour s’entendre !).

IMG_3002

 

3- Irma Hat

IMG_3000

Pour la touche festive, j’ai envie de porter avec cette tenue mon Irma Hat que je vous présentais déjà avec ma collection de bonnets. La couleur est idéal et les paillettes apportent la touche finale !

 

Voilà une tenue 100% faite main ! Est ce que ce genre d’article vous plait ? J’adore jouer avec les différentes pièces de ma garde robe hand made, et surtout dénicher de nouveaux combos ! 

Dessine Moi un Mouton de La Maison Rillilie

Hissez haut ! (2)

Bien le bonjour !

Il est rarissime que je tricote plusieurs fois le même modèle, alors que je peux coudre une dizaine de version d’un même modèle. Le patron que je vais vous présenter fait donc une sacré exception à la règle, car je ne l’ai pas refait une mais deux fois, ce qui fait donc 3 versions. J’ai apporté des modifications à chaque fois, ce qui fait trois pulls bien différents.

 

1- Le premier, le fidèle

IMG_2991

Ma première version est la version la plus fidèle au modèle original. On y retrouve tous les détails du modèle : le point de riz brisé, les manches fittées, le détail des poignets… Hormis l’enchainement des rayures, c’est un Dessine Moi un Mouton on ne peut plus banal !

IMG_2993

 

2- Le deuxième, le plus twisté

IMG_2994

Pour cette deuxième version, il ne reste pas grand chose du modèle original, du moins au premier coup d’oeil ! Exit le point texturé, j’ai opté pour un simple jersey endroit. Niveau finition, j’ai opté pour des côtes et des i-cord, ce que je ne regrette pas du tout ! Je trouve cette option très propre. Enfin, j’ai réalisé une succession de rayures de différentes tailles pour « fondre » mes deux couleurs.

Le résultat donne une version moins apprêtée, plus sport ! En terme de construction en revanche, c’est bien le nombre de maille et le raglan du dessine moi un mouton original. Comme quoi, avec peu de changement, on peut obtenir quelque chose de très différent.

IMG_2996

 

3- Le troisième, le retour aux sources

IMG_2987

Pour cette dernière version, je me suis un peu assagie. J’ai repris le fameux point de riz brisé et le principe des rayures (tout en faisant à ma sauce niveau taille des rayures et nombre de couleurs contrastantes). Par contre je me suis amusée à lui tailler un joli col V comme j’aime. Pour cela il suffit de commencer à tricoter en aller retour, en augmentant au fur et à mesure. Pour calculer la profondeur qui me plaisait, rien de plus simple en ce qui me concerne. Mes cols V préférés forment leur pointe pile au niveau de l’aisselle en ce qui me concerne (niveau goût et morphologie). J’ai donc regardé combien de rangs j’avais à réaliser avant la séparation des manches et j’ai réparti mes augmentations harmonieusement pour dessiner un V bien droit. Ensuite j’ai relevé des mailles le long de l’encolure, quelques rangs de jersey qui roulotte spontanément et voilà !

Autre modification, j’ai réalisé moins de diminutions que préconisé au niveau des manches, pour 4 mailles montées supplémentaires. Pour les curieuses, j’ai diminué à 35 rangs, 35 rangs, 20 rangs, 20 rangs, 20 rangs. Je trouve le résultat plus seyant, et plus pratique dans la vie de tous les jours pour porter un t shirt en dessous.

IMG_2990

Et voilà pour ces variantes d’un même modèle, où comment rentabiliser un patron tout en variant quand même les plaisirs. Il y a vraiment plusieurs avantages à hacker un patron : gain de temps car les grandes lignes sont connues, économie d’argent évidemment, mais aussi petit challenge créatif !

Et vous, vous refaites plusieurs fois le même modèle ? A l’identique ? Plutôt team « à la lettre » ou bien « qu’à ma tête » ? Dites moi tout !

Outlander : Le Chardon et le Tartan

61hojubidkl-_sl500_

Bien le bonjour !

Me revoilà avec un nouveau roman audio (recommandé par vous une fois de plus !), et il s’agit du premier tome de Outlander !

Je ne connaissais absolument pas ce livre, ni même son adaptation en série, j’ai donc plongé dans cette histoire sans le moindre a priori.

L’histoire commence en 1945 quand Claire et son mari Franck, séparés par la guerre, décide de refaire leur voyage de noce en Ecosse pour se retrouver. Mais Claire va vivre une expérience très étrange et se retrouver projetée en 1743, entre histoire de cœur et de clans.

Ma première impression fut, je l’avoue, assez proche du ricanement condescendant devant ce que je trouvais être un scénario simpliste, à la limite du fantasme de collégienne. Et pourtant je continuais. J’écoutais avidement, racontant les nouvelles péripéties que j’avais découvertes à mon copain le soir.

Il faut avouer que c’est très très bien écrit. Et fort bien lu. L’idée de départ est peut être simplette, mais l’écriture est tellement efficace qu’on ne décroche plus. C’est bien simple, je me suis empressée de commencer le deuxième tome !

Si vous aimez les romans historiques, celui ci va vous plaire. Le destin de Claire va être mêlée à celle de l’Ecosse du XVIIIe, sa société divisée en clans, ses croyances et ses coutumes. Et pour avoir déjà vu l’Ecosse, ce roman me donne follement envie d’y retourner !

Et quand je pense au nombre de tome qui m’attend, je suis ravie de ne pas manquer de lecture avant un bon moment ! D’autant plus que chaque tome représente plus de 25h d’écoute !

 

Vous pouvez toujours me suggérer de nouvelles lectures ! Quels sont vos derneirs coups de cœur ? Dites moi tout !

Débuter en couture

Débuter en couture

Vaste sujet que vous m’avez demandez là… D’autant plus que comme d’habitude je ne me sens pas spécialement « légitime » car comme vous le savez peut être, j’ai tout appris toute seule !

J’ai commencé la couture en autodidacte, en demandant pour mes 20 ans une machine à coudre. Ensuite, Youtube a été mon professeur ! Si mes débuts vous intéressent, j’ai montré un de mes tout premier projet sur Ig TV (et ça vaut le détour ^^).

 

IMGP2191

1- Le matériel

Pour commencer à coure, il va vous falloir déjà une machine (et je vous en parlais justement par ici). Pour tout le reste, je pense que les indispensables sont :

  • Un découd vite
  • une petite paire ciseaux ou un coupe fil
  • une paire de ciseaux pour tissu (oui oui, il faut une paire spécifique, et que vous n’utiliserez pas pour les fils ou pire pour le papier !)
  • un mètre ruban
  • des feutres frixions (géniaux pour marquer des repères sur un tissu)
  • un set d’aiguilles pour machine (une boite avec un peu de tout par exemple)
  • des épingles et un pique épingle
  • un fer à repasser

C’est à mon sens le STRICT nécessaire. Quand j’ai commencé, que j’ai vu tout les accessoires, je me suis dit « est ce vraiment utile ? indispensable ? » . La réponse est non, ce n’est pas indispensable et on peut tout à fait faire sans. Mais avec, vous ferez votre truc 10 fois plus vite x) (coucou le retourne biais !).

 

background banking blur cloth
Photo by Fancycrave.com on Pexels.com

2- Les modèles

Pour commencer, il est bienvenu de commencer par quelques accessoires, parce que vous n’aurez pas à penser à la taille, et aux ajustements qu’il en découle. Il existe de très bons livres pour débutantes avec des projets à réaliser. Personnellement, j’ai utilisé des tutos gratuits sur internet, il y en a une multitude. Maintenant si vous aimez les beaux livres et que vous avez envie de soutenir la communauté, Les Lubies de Louise a fait un super livre pour débutantes, je l’ai feuilleté et on vous prend vraiment par la main alors pas de panique !

Ensuite, pour vos premiers vêtements, je vous conseille vraiment les patrons pochettes chez les indépendantes, qui sont expliqués en détail, avec des planches patron claires, et avec souvent des ressources supplémentaires sur internet.

 

fabrics factory industry manufacturing
Photo by Pixabay on Pexels.com

3- Le tissu

Ca c’est une autre dimension ! Avec tout plein de nouveaux termes, pour les décrire, pour couper dedans… C’est normal de se sentir perdu.

Allez directement vers le tissu que le modèle préconise. Le coton sera votre meilleur ami pour vos débuts, car il prend bien les plis au fer, il ne glisse pas dans tous les sens…

Prenez le temps de repasser, de marquer les plis. Prenez vos repères pour les pinces, et pour distinguer la partie avant et arrière d’une manche. Quand on débute, on manque de visibilité sur les étapes suivantes. A quoi sert ce cran ? Pourquoi coucher la couture vers l’avant ? Ces minis étapes vont vous permettre d’avoir un coup d’avance sur ce que vous n’arrivez pas encore à anticiper. Petit à petit vous pourrez vous en délester, et gagner en efficacité.

N’oubliez pas également le fil assorti, et de bonne qualité. Ne prenez pas le premier prix, choisissez un fil qui a fait ses preuves (on peut s’arracher les cheveux avant de comprendre que le problème vient du fil).

 

closeup photography of presser foot of sewing machine
Photo by Alex Andrews on Pexels.com

4- Les réglages

Aaaah, la partie la plus amusante (non). Il existe pas mal de paramètres à prendre en compte pour obtenir une jolie couture. La tension du fil de la bobine, celui de la canette, le choix de l’aiguille, du fil, tout ça en fonction du tissu bien entendu !

En vrac, quelques petites choses que j’ai apprises sur le tas, et que j’aurais aimé savoir plus tôt !

  • La tension de la bobine se règle sur la machine. Plus le chiffre est élevé, plus ça sera ce fil là qui va « tirer » vers lui.
  • La tension de la canette n’a pas à être changer (normalement). Néanmoins, une canette mal réalisée aura une tension foireuse ! De même, en toute fin de canette, la tension peut varier un peu. Jetez un oeil à la quantité de fil qu’il reste dedans avant de trifouiller tous les réglages (d’autant plus si tout se passait bien avant).
  • Utiliser la bonne aiguille, ça change tout. Et si le choix est correct, il suffit parfois d’en mettre une neuve pour retrouver un belle couture régulière.
  • Si le fil est irrégulier, qu’il peluche : changez de marque !

 

C’est un sujet hyper vaste, dont chaque partie mériterait un chapitre de livre. Le dernier conseil que j’aimerai vous donner, et c’est le plus important : amusez vous. Si la couture est votre loisir, prenez le comme tel. Vous avez envie de vous lancer directement dans un vêtement ? Allez y. Ma première réalisation contenait un zip, par exemple.

Et vous, quels conseils donneriez vous à une débutante ? Qu’auriez vous aimé savoir quand vous avez commencé ? Les débutantes, avez vous d’autres questions ?

Bonnets (ou l’article de la rébellion)

Bien le bonjour !

Encore un article suggéré par vous (encore merci pour votre enthousiasme !)

Je ne suis pas une serial tricoteuse de bonnets, mais je serai ravie de vous montrer ma mini collection et de vous faire part de mes remarques !

 

1- Orchids & Fairy Lights de Tiny Owl Knits

oprchi
Photo Vintage x)

Voici mon tout premier bonnet (oui je suis une casse cou du tricot, j’ai peur de rien, oui madame !). Il se tricote théoriquement en Worsted et je l’ai fait… en DK. Oui oui je sais.

Résultat ? Au lieu d’être large et slouchy, j’ai un bonnet tout à fait ajusté sur la tête.

J’avais cette fixette de le tricoter dans cet écheveau Havanna de la Fée fil, coûte que coûte ! Mais clairement, je ne peux pas vous conseiller de faire la fofolle comme ça. Des fois ça marche, des fois ça marche pas. Si vous avez envie de partir à l’aventure laineuse, regardez bien le modèle. Un modèle slouch pourra peut être supporter une laine plus fine, un modèle ajuster sera slouch avec une laine plus épaisse !

Tu ne sais pas choisir ta laine ? Viens par ici !

Autrement, je ne peux que conseiller ce modèle. Il a de très beaux détails, plein de techniques à découvrir (dont les nopes !) et tout est très bien expliqué.

 

2- Rudbeckia Hat de Andrea Mowry

IMG_6628

Nous voilà maintenant sur un bien joli modèle avec de la brioche bicolore. Il existe pas mal de tuto en français maintenant, aussi bien sur YouTube que sur les blogs (parmi d’autres : Letipanda, Triple L de Mag, Bliss Wool)  alors aucune raison de ne pas se lancer !

Pour le modèle, il s’agit d’un bonnet qui se tricote en DK, et moi j’ai pris du fingering tricoté en double xD (je suis une rebelle). C’est à mon avis un très bon moyen de débuter la brioche, car il n’y a pas de motif à faire, c’est tout droit ! Avec deux couleurs bien contrastées je trouve ça magnifique.

 

3- Vintage Prim de Andrea Mowry (encore elle)

IMG_6629

Mon premier ouvrage en brioche ! Je n’ai pas commencé avec la facilité, certes ! Pour commencer la brioche, ou au moment de faire les motifs, je recommande l’usage du fil de survie ! Il s’agit de glisser dans les mailles un fil contrastant à un rang donné, ce qui permet, en cas d’erreur, de détricoter facilement jusqu’à ce rang sans catastrophe.

L’avantage de ce modèle ? la brioche représente 1/3 des mailles grosso modo, donc c’est moins risqué que ce qu’on pourrait croire ! C’est un bonnet en figering que j’ai fait en fingering, youpi !

 

4- Irma Hat de Aneta Gasiorowska

IMG_6630

Mon dernier bonnet en date. Je l’ai tricoté, une fois n’est pas coutume, dans une laine acrylique et qui briiiiiille de mille feux. Je lui ai également ajouté un mega pompon pour finir ma laine.

Cependant, si vous tricotez un bonnet plutôt pour vous réchauffer, je vous conseille vraiment d’utiliser un fil qui contient un minimum de laine, et plutôt de la laine épaisse que de la fingering.

Pour le modèle, je le trouve parfait pour une laine unie ou peu nuancée, le motif sera mis en valeur. Il est simple à faire, et apporte le petit twist qui donne tout son charme au modèle, avec la juste dose pour ni s’ennuyer ni se prendre la tête en le tricotant. Dernier avantage : il est gratuit !

 

En conclusion, si j’ai quelques conseils à vous donner, ça sera en premier lieu de bien choisir votre fil, autant en épaisseur qu’en composition. Il va falloir réfléchir à ce que vous aimez, car la composition va beaucoup jouer sur le tombé. Si vous tricotez un bonnet slouch, un fil souple sera préférable, s’il se tient trop il risque de rester droit au lieu de retomber (et vous aurez l’air d’un schtroumph). Un bonnet en jacquart préférera une laine rustique (pour tout ouvrage en jacquart d’ailleurs).

Dernier conseil, le plus important je pense : le bonnet est un petit ouvrage, rapide, c’est le moment d’essayer des choses ! Nopes, brioche, torsade, jacquart, allez y, amusez vous !

Et oui, seulement 4 bonnets ! Si je devais n’en garder qu’un seul ? Peut être le Orchids and Fairy Light, parce que c’est celui qui me va le mieux (je pense, dites moi si je me trompe !). J’ai beaucoup de plaisir à les tricoter, mais je ne m’y retrouve pas pour les porter, parce que j’ai vraiment du mal à les assortir avec un manteau et un châle. Est ce que vous tricotez coordonné ? Ou un peu bordélique comme moi ? dites moi tout !

 

Voici quelques modèles qui me font de l’oeil (passez la souris sur les photos pour faire apparaitre le lien à cliquer pour accéder à la page ravelry !)

Americanah ! de Chimamanda Ngozi Adichie

product_9782070142354_195x320

Bien le bonjour !

Me revoilà avec un deuxième livre audio, Americanah de Chimamanda Ngozi Adichie

Ce livre m’a été proposé par l’une d’entre vous, et encore une fois merci de partager vos découvertes, j’adore nos échanges ^_^

Americanah raconte l’histoire d’Ifemelu, une jeune Nigérianne de Lagos qui vit aux Etats Unis. On suit son histoire de l’adolescence à la trentaine, ses relations amicales et amoureuses, et sa vision du monde qu’elle traverse. Ifemelu tient notamment un blog qui décrit les paradoxes de la vie des américains, noirs et blancs, du point de vue d’une noire non américaine.

C’est justement cet aspect qui m’a plu dans ce livre. J’ai finalement bien plus apprécié la description très juste de la forme que prend la discrimination actuellement. Bien plus que la tranche de vie d’Ifemelu, à laquelle je n’ai pas réussi à m’identifier. Les choix qu’elle fait m’ont tous laissée perplexe, à différents degrés, comme tous les autres personnages d’ailleurs, qui ne semblent pas trouver leur place, ou qui estime leur place selon des croyances ou des superficialités.

Mais n’était ce pas le propos, finalement ? En parlant de la jeunesse cultivée africaine qui cherche sa place ailleurs, mais qui n’y parvient pas réellement ?

J’ai eu du mal à aller au bout de ce livre, pourtant à mon sens très bien écrit. Parce que je le voyais comme un documentaire, et que je n’étais pas attachée à Ifemelu dont les aventures ne me tenaient pas en haleine. A plusieurs reprise je me suis demandée « mais pourquoi fait elle ça ? », comme ci d’une certaine façon elle n’avait pas vraiment envie d’être heureuse. Et ça m’a vraiment refroidie.

Pour autant j’estime que c’est un bon livre, qui mérite tout à fait ses bonnes critiques ! La lectrice est tout à fait formidable, et donne beaucoup de vie à la lecture.

Le plus étrange ? Le regret de l’avoir (enfin) fini. Je ne vous dirais rien pour ne pas vous dévoiler la fin, mais si vous l’avez lu, j’attends vos réactions et vos avis dans les commentaires !

Coudre efficacement !

fabric scissors needle needles scissors
Photo by Pixabay on Pexels.com

Bien le bonjour !

Aujourd’hui nous allons aborder une question qui m’a été demandée à l’occasion du petit concours que j’avais organisé en août ! D’ailleurs, n’hésitez pas à demander des articles en particulier, je note toutes vos idées !

Vous voulez savoir comment se passe une session couture, typiquement ? C’est parti !

En général je coud le week end. Je commence le samedi matin, où je vais décalquer le patron si besoin, et couper le tissu dans la foulée. Ca me prend 1 à 2h environ.

Photo by Pixabay on Pexels.com

Si j’ai encore le temps, je commence quelques étapes ensuite, par exemple faire les pinces, préparer les poches, toutes ces petites choses à faire sur 1 pièce, pour préparer l’assemblage. Dans ce cas, je m’arrange pour aller manger dehors à midi, comme ça je gagne du temps sur le rangement/ré installation de mes affaires de couture, sur la table de la salle à manger ! Efficacité on vous dit !

L’après midi, c’est le montage. Là c’est surtout en terme d’organisation dans l’espace que ça se joue. Comme je n’ai pas d’atelier, je range toutes mes affaires dans une boite. Au moins je ne cherche pas le bon pied de biche partout ! Je fais aussi en sorte d’avoir le fer à repasser dans la même pièce. J’essaie toujours de penser à le rallumer avant de faire la ligne de couture qu’il va falloir aplatir, et d’avoir plusieurs chose à repasser d’un coup.

Le plus souvent, j’ai terminé le samedi soir vers 17 ou 18h (il m’arrive même, quand j’ai fini vraiment tôt, de couper le prochain projet). Mais il arrive que le projet soit plus ambitieux, ou qu’une étape m’ait causée des difficultés ! Dans ce cas je me réinstalle le dimanche matin. Je crois que je n’ai jamais débordé plus que ça pour un seul et même projet.

Parfois, je découpe quelque chose le dimanche après midi pour le week end suivant ou pour la semaine, si j’ai un jour off de prévu.

green yellow red needle pin and safety pins

Si je devais récapituler, voici mes 3 principales astuces :

1- Avoir des patrons basiques

Avoir des patrons chouchous, ca permet plusieurs choses :

  • Acheter du tissu au bon métrage, dès le départ.
  • Ne pas avoir systématiquement à décalquer
  • Connaitre les étapes, donc coudre sans avoir à déchiffrer le modèle

Vous voyez bien que grâce à ça, on rogne sur plusieurs étapes, sans avoir à perdre en qualité. En ce qui me concerne, j’ai plusieurs favoris : le ginger Jean et le body Nettie de Closet Case, la Mélilot et le plantain de Deer and doe, par exemple !

 

2- Avoir toujours en tête le projet suivant

En réalité, j’ai la plupart du temps au moins 3 ou 4 projets fixés dans mon esprit, avec tout le matériel de disponible. Ce n’est parfois pas ce que je coud tout de suite (et ils restent quelques mois dans ma to do list), tout simplement parce qu’un formidable patron sort et que par hasard j’ai déjà tout ce qu’il faut. Mais il ne m’arrive quasiment jamais d’ouvrir mon tiroir à tissu en me demandant ce que je vais faire ! Ca me permet de gagner du temps, en casant un décalquage par ci, une coupe par là…

 

3- Avoir un stock de tissu conséquent, mais pas irréfléchi

Pour pouvoir enchaîner les projets, il va falloir avoir les tissus (et les à côtés qui vont avec) sous le coude. Mais pour ne pas avoir des métrages impossible à assortir avec un patron, perdre du temps à remesurer, ou encore pire, commencer à couper alors que ça ne va pas, il faut penser un peu en amont !

Je n’ai pas toujours une idée précise de ce que je veux faire dans un tissu. Par contre, j’essaie toujours d’avoir l’idée du genre de projet.

Typiquement :

  • Pour un tshirt en jersey, je prend 1m à 1m50 (si je veux mettre des volants, ou faire des manches longues par exemple)
  • Pour une chemise, je n’aime que Mélilot (cf astuce 1), donc juste 1m !
  • Pour une robe, 1m50 à 2m, si je la vois avec une jupe froncée, des volants…
  • Pour un jean, je prend 1m50

(pour info :  Je fait du 34 en tour de poitrine, 38 en tour de taille et 36 en tour de hanche)

Je gagne du temps au moment de l’achat, je gagne du temps et de la visibilité dans mon stock !

 

En écrivant cet article (un millier de fois) j’ai bien du me rendre à l’évidence : ce sujet me passionne. Impossible de l’aborder de manière… efficace ! Pour une vision plus personnelle des choses, je vous donne rendez vous juste en dessous pour un streetcast !